© 2010 dams

Première nuit à Dublin

Éreintés, ascension des marches brute mais évidente ! Carte insérée, mécanisme déverrouillé, porte qui s’ouvre. Vision globale, rideau tiré, un étranger couché, donc, par décence, impossible pour nous d’allumer la lumière.
Un sac par-ci des vêtements par-là, visiblement la chambre était bien occupée.
Savez-vous ce que c’est d’être réveillé par celui à qui cette couchette appartenait ?
Bien sûr ce qu’il ne savait pas c’est que chez nous ce qui est à eux est à nous, et ce qui à nous reste à nous.
« Pour une nuit, c’est pas si grave gars ! Va là-bas,. Je crois qu’il y en a un de disponible.
Et puis fais pas chier, tu commences à devenir pénible…
 »
Et comme à mon habitude, je ne l’ai pas dit car j’ai toujours ma maladie.

2 Comments

  1. delph
    Posted 26 septembre 2010 at 10:07 | #

    juste morte de rire

  2. dams
    Posted 27 septembre 2010 at 8:49 | #

    En avant les histoires, je vous en promets de belles ! lol

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne figurera pas sur le site. Les champs obligatoires sont marqué d'un *

*
*

Vous pouvez utiliser les balises et attributs HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>